Votre enfant 1-3 ans

Antibiotiques, suivez le guide


Utilisés à tort, les antibiotiques sont moins forts, dit le slogan. Rhinopharyngite, angine, otite, bronchiolite… comment faire dans la pratique et faut-il des antibiotiques ? Les explications et les conseils du Pr Antoine Bourrillon, pédiatre.

Rhinopharyngites, angines et autres otites font partie du quotidien des enfants pendant les mois les plus froids. Certaines affections sont virales et échappent à une ordonnance médicamenteuse. D'autres sont bactériennes et relèvent de la prise d'antibiotiques. Voilà pour la théorie. Dans la pratique, ce principe se discute au cas par cas.

La rhinopharyngite

  • C'est de loin la maladie virale la plus fréquente. On estime qu'un enfant va connaître une cinquantaine d'épisodes rhinopharyngés pendant les premières années de sa vie. Les symptômes : un écoulement nasal plus ou moins clair, associé à une fièvre modérée.
  • Avant : toute rhino entraînait l'ordonnance de produits pour désencombrer le nez, d'un antiseptique local, éventuellement d'un sirop contre la toux et de paracétamol pour combattre la fièvre. En l'absence d'amélioration en 48 heures, des antibiotiques étaient prescrits afin d'éviter toute surinfection.
  • Aujourd'hui : on insiste sur l'importance d'un bon mouchage pour libérer le nez. Même si l'écoulement nasal est sale, voire purulent, même si votre enfant est légèrement fiévreux, si l'examen du tympan est satisfaisant, aucune antibiothérapie n'est aujourd'hui prescrite.

L'otite

  • L'otite peut être congestive (tympan enflammé), séreuse (accumulation de mucosités) ou encore purulente (surinfection). Les deux premières n'imposent aucune médication. Dans le troisième cas, le tympan est de couleur rouge violacée, combiné à un épanchement de pus qu'il faudra traiter.
  • Avant : l'otite purulente ou otite moyenne aiguë donnait lieu automatiquement à la prescription d'antibiotiques, sans considération des symptômes ou de l'âge de l'enfant.
  • Aujourd'hui : pour tous les enfants âgés de plus de 2 ans, sans symptômes apparents, les antibiotiques sont aujourd'hui abandonnés. En revanche, pour les enfants de moins de 2 ans ou pour ceux âgés de plus de 2 ans présentant des symptômes évidents - douleur, manque d'appétit, sommeil perturbé -, l'antibiothérapie reste d'actualité.
  • Malheureusement, les germes impliqués dans l'otite, en particulier l'haemophilus influenzae ou le pneumocoque, deviennent insensibles, bref résistent. Ce qui se traduit par une persistance voire une aggravation de l'état de l'enfant ou encore l'apparition d'une récidive dans les quatre jours après la fin du traitement.
  • Une nouvelle stratégie est désormais mise en place : soit le médecin pratique une paracentèse, soit il procède à un prélèvement bactériologique dans l'oreille, afin de déterminer précisément le germe en cause. Des antibiotiques plus " performants ", mais à indication limitée, peuvent alors être proposés sous la forme de céphalosporines de troisième génération, délivrées par injection intramusculaire pendant trois jours.

1 2 3